LES MFR

Les Maisons familiales rurales d’aujourd’hui sont l’aboutissement d’une expérience originale conduite dans un village du Lot-et-Garonne dans le Sud-Ouest de la France en 1935. Cette année-là, quelques agriculteurs inventent une formation adaptée pour compenser un système scolaire classique qui ne répond pas aux besoins de leurs enfants et de leur métier. L’initiative est un succès et engendre rapidement de nombreuses demandes.

 

Une histoire née d’une initiative locale

Deux ans après, en 1937, plusieurs familles intéressées et motivées se réunissent en assemblée générale et décident d’acheter un bâtiment pour y installer leur « école ». Ils se groupent en association, en prennent la responsabilité, embauche un formateur : la première Maison familiale est ainsi née.

Aujourd’hui, une grande diversité de métiers préparés

Les Maisons familiales rurales préparent à de nombreux métiers en dehors du secteur de l’agriculture : bâtiment, bois, hôtellerie-restauration, animation, mécanique générale, commerce, vente, service à la personne… Ces qualifications (CAP, Bac pro, BTS, titres), réalisées par apprentissage en CFA MFR ou en formation professionnelle continue, dépendent alors du ministère de l’Éducation nationale ou de la Santé ou de la Jeunesse et des Sports.

Un mouvement structuré

Les 430 Maisons familiales rurales, émanations de groupements de base, ont un statut associatif qui traduit l’engagement des parents dans l’éducation de leurs enfants. Tout en recherchant le soutien financier et moral de l’État et des collectivités sans qui elles ne pourraient pas fonctionner, elles revendiquent cette liberté associative où s’expriment leurs capacités d’initiative. En conséquence, le mouvement repose sur un double choix :

  • D’une part, une forte autonomie de chaque association pleinement responsable de ses projets et de sa gestion financière.
  • D’autre part, une cohérence institutionnelle grâce à quelques outils communs : les mêmes statuts-types pour toutes les MFR, une convention collective nationale pour leurs salariés, une formation pédagogique obligatoire pour les moniteurs, l’adhésion directe de chaque association à l’Union nationale.

Ce choix s’accompagne de la volonté de disposer de structures fédérales aussi légères que possibles :

  • Des Fédérations départementales ou territoriales, lieu de rencontre, de partage et d’échange, qui assurent un accompagnement de proximité.
  • Des Fédérations régionales qui avec la décentralisation et les compétences dévolues aux régions jouent un rôle clé en matière de négociations et de relations avec les services administratifs, les élus, les organisations professionnelles.
 
Nous vous invitons à visionner le site institutionnel national en cliquant sur le lien ci-dessous :
 
 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin